Installé depuis 1985, j’ai cultivé la vigne de manière traditionnelle jusqu’en 1992.

A cette date après un temps de réflexion et de recherche, j’ai changé mes apports de fertilisants et de produits de traitements (les premiers pas de la lutte raisonnée).

En 1998, j’entame une conversion BIO.

Après quelques années de recul, je suis très satisfait, même si cela est difficile. Le plus dur reste le travail du sol : il n’est pas toujours facile d’intervenir à temps.

Chaque année, j’essaie d’aller plus loin dans la recherche de produits naturels.

Un bon vin se fait dans la vigne, je n’ai pas besoin de chaptaliser, ni de rajouter des levures.

M. Forest